Russie: Mise en alerte des forces de dissuasion nucléaires

Le point sur la journée.

1- Zelensky fait un parfait numéro d’acteur: Il demande à négocier; la Russie accepte et l’invite à Gomel (Biélorussie). Zelesnski refuse (il a peur de se faire kidnapper peut-être?!) et propose une liste d’autres villes alors que la délégation russe l’attend déjà à Gomel! Ca dure la journée, Zelenski déclare ne pas vouloir y aller, il téléphone même à Israël pour se plaindre… et on ne sait pas ce que les israéliens lui disent, finalement il accepte d’aller à Gomel.

A l’heure actuelle, aucune information sur ces négociations.

2- L’autre fait marquant est la mise en « état de préparation au combat » des forces de dissuasion russes: Les sous-marins nucléeaires prennent la mer, nos missiles type Topol et Sarmat sont mis en état de tir (il existe plusieurs niveaux d’alerte ensuite), les missiles mobiles chargés sur des trains se multiplient et sillonnent le pays, les systèmes d’alerte de missile passent en mode « avancé » etc etc.

Traduction rapide (et pas excellente) automatique d’une description du Ministre de la Défense:
La base de la puissance de combat des forces armées de Russie est conçue pour dissuader l’agression contre la Fédération de Russie et ses alliés, ainsi que pour vaincre l’agresseur dans une guerre en utilisant divers types d’armes, incl. nucléaire.
Conçu pour dissuader l’agression contre la Fédération de Russie et ses alliés, ainsi que pour vaincre l’agresseur (en lui infligeant la défaite), y compris dans une guerre avec l’utilisation d’armes nucléaires. La SSS comprend les Forces offensives stratégiques (SNA) et les Forces défensives stratégiques (SOS).
Les forces nucléaires stratégiques, qui comprennent les forces de missiles stratégiques, constituent la base des forces nucléaires stratégiques, équipées de systèmes de missiles et d’aviation à portée intercontinentale et d’armes de précision à longue portée.
Le SNS comprend également des forces stratégiques non nucléaires en tant que forces à double usage – des formations et des unités de bombardiers stratégiques et à longue portée de l’Air Force DA, ainsi que des sous-marins, des navires de surface et des avions de transport de missiles navals de la Marine avec des -gamme d’armes de haute précision.
La base du SOS est constituée des forces et des moyens prêts au combat des Forces de défense aérospatiale, qui comprennent un système d’avertissement d’attaque de missiles, un système de contrôle de l’espace, une défense antimissile et anti-spatiale et une défense aérienne.

Il faut avoir en tête que la doctrine militaire russe approuve l’emploi d’armes nucléaires quand les intérêts vitaux de la Russie sont en jeu. Or, les sanctions financières massives, dont surtout le blocage des avoirs à l’étranger de la Banque Centrale de Russie sont une mise en danger des intérêts vitaux du pays! C’est en fait un vol pur et simple: Imaginez que vos comptes bancaires soient bloqués. Comment vivez-vous? C’est un peu la même chose ici. Par ailleurs les déclarations agressives de l’OTAN et la livraison d’armes létales par les pays de l’OTAN à l’Ukraine (voir ci-dessous mon article de ce matin) sont également une attaque contre nos intérêts vitaux.

Russie: La revanche de l’Allemagne nazie et des collabos français

Ordre de Vladimir Poutine au ministre de la Défense (Shoigu) et au chef d’état-major (Gerasimov), de passer les forces de dissuasion en état de préparation au combat

Suite à cet ordre, les Etats-Unis ont rapidement réagi et déclaré que « l’OTAN ne fait aucune menace à la Russie »… Ils ne tiennent pas compte bien entendu ni du nombre de bases OTAN à nos frontières, ni surtout du fait que les pays de l’OTAN livrent des armes à l’Ukraine, armes utilisées contre la Russie. Mais pour les Etats-Unis et leurs valets européens, c’est normal.

Il est également évident qu’une des raisons de cette mise en alerte est le refus initial de négocier à Gomel des ukrainiens. Etrangement, quasi-immédiatement après cette mise en alerte, Zelenski a donc accepté…

3- La plupart des pays d’Europe ont fermé leur espace aérien à tous les appareils russes. La France en bon toutou a suivi le mouvement cet après-midi. On ne sait pas trop ce qu’en penseront les touristes et hommes d’affaires bloqués en Russie et ne pouvant rentrer en Europe. La Russie a pris la même mesure et tous les pays européens n’ont plus le droit de survol de la Russie. Vu la taille du pays, il est clair qu’une grande partie des vols mondiaux va être perturbée. Ceci alors même que ça n’aura *aucun* impact sur les opérations militaires en cours.

4- La Russie n’a toujours pas diffusé sa réponse aux « sanctions » financières mais selon des rumeurs « lundi sera épouvantable pour l’ensemble des marchés mondiaux ». Il est probable que le gouvernement attende lundi pour annoncer sa riposte pour que les « sanctions » russes soient immédiatement mises en oeuvre. Des rumeurs parlent de fermeture et saisie immédiate des avoirs de grosses sociétés américaines et européennes en Russie (Banque Société Générale française, banque Reiffeisen autrichienne,  MacDonald, etc). Mais ce ne sont que des rumeurs…

Le rouble a quand a lui fortement chuté aujourd’hui, mais aucune panique, aucun retrait massif de liquide aux distributeurs, aucune limite imposée par les banques. Les experts estiment que le rouble remontera fortement d’ici quelques semaines voire quelques jours. La Russie a en fait depuis longtemps anticipé ces mesures. On peut se demander par contre ce qu’il adviendra quand Rosneft et Gazprom demanderont aux européens à être payés en or ou diamant pour leurs livraisons d’essence et de gaz… Il semble logique que ces sanctions ne dureront pas et seront annulées dès qu’un accord aura été signé sur le terrain avec l’Ukraine.

5- Sur le terrain enfin: Les forces russes continuent d’avancer lentement, toujours car elles ne veulent pas bombarder les zones civiles où se planquent les unités ukrainiennes. Kiev est encerclé de tous côtés sauf a l’ouest, et les combats se dirigent sur ce flan.
La Turquie a décidé ce soir de bloquer le passage du Bosphore aux navires ukrainiens et russes. Vieille habitude d’Erdogan d’être assis entre 2 chaises…

On constate donc qu’après à peine 4 jours d’opération militaire, les choses évoluent très rapidement: Les américains et leurs caniches européens prennent mesure sur mesure, sanction sur sanction, et la Russie poursuit son opération sans sourciller. Maintenant que quasiment toutes les « sanctions » possibles ont été prises contre la Russie, la marge de manoeuvre de l’ennemi se réduit et ils commencent donc à armer directement les ukrainiens avec le risque évident de se trouver directement impliqués dans ce qui deviendra alors une véritable guerre.

Boris Guennadevitch Karpov

Et voici les fameux « néonazis » ukrainiens, ce n’est pas un terme usurpé! Soutenus par l’ensemble des pays occidentaux…