Migrants: Les paras Russes arrivent en Biélorussie

Alors que l’armée polonaise est très fortement présente à ses frontières, hier soir des troupes et matériel militaire allemand sont arrivés à la frontiere polonaise.

Par ailleurs les britanniques, toujours prêts à mettre de l’huile sur le feu loin de chez eux, ont envoyé en Pologne des « consultants » militaires dans le but de  » voir quel soutien matériel ils peuvent envoyer à la frontière avec la Biélorussie ». De plus, selon des sources infiltrées dans les structures de commandement de l’OTAN, l’Alliance Atlantique envisage d’envoyer des troupes en Pologne, pour « faire face à une agression biélorusse »! En conséquence le président biélorusse Lukashenko a demandé à Vladimir Poutine d’envoyer des troupes russes à la frontière Pologne-Belarus.

Ce matin Vladimir Poutine a ordonné l’envoi de 250 parachutistes au camp de Gozhsky (région de Grodno, à 10 km de la frontière avec la Lithuanie et 20 km de la frontière avec la Pologne), officiellement pour des exercices « surprise » avec les troupes biélorusse. Lukashenko a déclaré, suite à un entretien avec Vladimir Poutine ce matin, que la Biélorussie est « prête à assurer sa sécurité avec l’aide éventuelle de la Russie ».

Les manoeuvres conjointes Russie-Biélorussie se font aussi dans les airs, voici un couple de bombardiers stratégiques TU-160 Russes accompagnés de chasseurs Su-30SM de Biélorussie.

Du côté des « migrants », des centaines d’africains et d’habitants des pays arabes continuent d’arriver en Biélorussie avec pour but de passer en Europe. Vidéo tournée à Minsk hier.

Voici des maliens tout heureux d’être bientôt en Europe!

Dans un but humanitaire la Biélorussie leur construit des camps d’hébergement en attendant que les polonais ne se décident à les laisser passer!

Et aujourd’hui, quelques dizaines de « migrants » ont décidé de ne plus attendre et ont forcé la frontière polonaise à Kuznitsa (video) sous les yeux de l’armée déployée à quelques mètres. Les militaires se sont contentés de regarder sans intervenir, suivant en fait la politique d’asile de l’Union Européenne qui a laissé des millions de clandestins envahir leurs pays ces dernieres années.

Il semble clair que si les « migrants » décident d’entrer en force en Pologne, personne ne les en empêchera: Les polonais malgré leurs discours ne sont pas prêts à tirer sur les « migrants » au nom des grands principes fraternels du « vivre ensemble » qui prévalent en Europe. Par ailleurs si les polonais ouvraient le feu ce serait en direction de la Biélorussie et entrainerait une riposte immédiate, sans aucun doute avec l’aide de la Russie. C’est en fait ce que craint le président Lukashenko, qui dans une déclaration cet après-midi a précisé que selon lui cette crise est montée en épingle par les pays occidentaux dans un but de provocation avec la Russie en toile de fond.

Selon le Ministère des Affaires Etrangères (MAF) Russe, cette affaire de « migrants » est en effet une provocation contre la Russie dont la Biélorussie est un allié de longue date, notant que dans le meme temps les forces ukrainiennes se massent à la frontière Russe et que des bombardements massifs sont en cours contre les républiques indépendantes de Donetsk et Lugansk (communément appellées « Novorossya »). Le MAF indique que « certains pays » veulent entrainer la Russie dans des conflits sur 2 fronts différents en même temps.

Il faut noter que cette crise arrive alors que Minsk (Biélorussie) et Moscou ont acceléré les travaux visant à l’intégration de la Biélorussie dans la Fédération de Russie, prévue pour 2022. Ceci mettrait alors la Russie en frontière directe avec l’Union Européenne, ce qui déplait fortement aux pays occidentaux.

Il faut reconnaitre que la position européenne est étrange puisqu’après avoir accueilli (et continuer d’accueillir) des millions de clandestins depuis quelques années et leur octroyant immédiatement d’énormes avantages, l’Europe aujourd’hui refuse ces mêmes clandestins en Pologne alors même qu’elle continue de proclamer ses valeurs de fraternité, d’accueil et de vivre-ensemble. D’ailleurs, pendant que cette crise se déroule en Biélorussie, des milliers de « migrants » continuent d’arriver chaque jour en Europe par la Grèce ou l’Espagne entre autres. Pourquoi donc 2 poids 2 mesures?

Il ne fait aucun doute que l’armée polonaise n’ouvrira pas le feu sur les « migrants », elle ferait donc mieux de les laisser passer puisque leur but n’est pas de rester en Pologne mais d’aller en Allemagne et en France. La Pologne ferait un excellent cadeau à Merkel et Macron qui tous 2 ont montré leur amour des « migrants » en leur envoyant ces quelques milliers de docteurs, ingénieurs chercheurs etc prêts à mettre leurs compétences au service des européens. Mais bien sûr cette solution n’est pas celle préférée des forces qui manipulent les polonais en les encourageant à un conflit ouvert avec la Biélorussie. Et donc avec la Russie.

Boris Karpov

Et voici l’Europe actuelle, on comprend que ces « migrants » qui attendent en Biélorussie y seront parfaitement intégrés!