Comme les nazis en 1933, aujourd’hui en Allemagne on brûle en public les oeuvres d’art Russes

NOTE: J’ai été informé juste apres la publication de l’article sur mon blog des faits suivants, que j’ai pu vérifier auprès de diverses sources autorisées.

Il y a quelques jours la communauté russe en Allemagne a été informée de cette vente aux enchères et à immédiatement réagi. Devant le scandale diplomatique qui allait exploser, les allemands ont décidé de prétendre que la vidéo est un faux et la vente aux enchères a bien entendu immédiatement été annulée.

Les media occidentaux étant à leur botte, cette version est maintenant diffusée partout, et « la main de Moscou » est de nouveau accusée. Quoiqu’il en soit grâce à la vigilance de la communauté Russe en Allemagne et grâce à la prompte réaction des autorités Russes, cette abominable affaire est enterrée… Jusqu’à une prochaine fois sans doute, sous une forme ou une autre…

BGK

En 1933, Adolf Hitler est à la tête du parti nazi. Il vient d’être nommé chancelier et s’appuie sur le culte de la personnalité édifié par la propagande de Joseph Goebbels. Ministre de l’Information et de la Propagande, ce dernier diffuse les idées nazies et met au pas la vie culturelle allemande. L’autodafé du 10 mai 1933 en constitue une étape symbolique. A l’appel de Goebbels, les SA (Sections d’Assaut) jettent dans de gigantesques brasiers les livres dont les auteurs sont jugés néfastes et dangereux à la santé morale de l’Allemagne.

En 2022, Olaf Scholz est à la tête de l’Allemagne qui rivalise avec les autres pays occidentaux pour le titre de « plus grand russophobe ». Mais les sanctions, les vols des biens et avoirs appartenant au gouvernement et à de simples citoyens Russes, ne suffisent pas: Il faut faire disparaitre jusqu’à la culture Russe, prélude à la disparition du Peuple Russe. Scholz sait qu’il peut compter sur ses dévoués administrés et l’un d’eux a eu une idée de génie:

A Brême, des ventes aux enchères sont organisées pour des oeuvres d’art et de la littérature Russe. Les fonds récoltés seront envoyés à l’Ukraine (a qui, on ne sait pas, peut-être pour payer le loyer du manoir anglais de Zelenski?) mais le plus particulier est que les biens ainsi vendus seront ensuite brûlés en public, ressuscitant ainsi les fameux autodafés de 1933. Peintures, icônes, lettres de Dostoevski, partitions manuscrites de Tchaikovski, seront ainsi brûlées en public, prélude sans doute aux « chasses aux Russes » dans les rues de la ville!

La vidéo ci-dessous a été réalisée par les organisateurs de ces enchères et complaisament diffusée par Euronews. Le but affiché est clairement dit « disparition de la culture russe ».

L’Allemagne montre ici qu’au fond rien n’a changé, les bonnes vieilles méthodes nazies sont de retour. D’ailleurs, qu’elle soutienne un pays où les nazis sont sur le devant de la scène en toute légalité, est un signe qui ne trompe pas. La raclée que leur a mise l’Armée Rouge en 1945 leur est restée entre les dents, et aujourd’hui les revanchards sont aux commandes.

Abonnez-vous à ma chaîne Telegram (déjà plus de 13000 abonnés) qui donne des informations en temps réel sur l’évolution de la situation en Russie et Ukraine. Cliquez sur la bannière!

Mais au-delà de ces méthodes, le but clairement annoncé est la disparition totale des Russes de la surface de la terre, d’ailleurs les américains ne se sont pas privés pour le dire, c’est bien entendu plus nuancé mais le résultat est le même.

Ce que ne voient pas les occidentaux, ce que ne voient pas les boches de Berlin, c’est que leur réthorique anti-Russe a réussi à ressouder le peuple Russe. La côte de popularité de Vladimir Poutine n’a jamais été aussi haute que depuis l’intervention en Ukraine, quoiqu’en dise la propagande occidentale!

Ce que ne savent pas les occidentaux, ce que ne savent pas les boches de Berlin, c’est que l’immense majorité du peuple Russe aujourd’hui est bien plus radicale que Vladimir Poutine: 80% veut que l’Ukraine soit totalement intégrée à la Russie, et si les sondages ne posent jamais la question « faut-il aller plus loin que l’Ukraine? » pour des raisons évidentes, il est certain que la réponse à cette question serait OUI à une écrasante majorité.

Kiev sera Russe. L’Ukraine ne sera plus qu’une province Russe. Quand aux voisins, toute les options sont sur le tapis et tout dépendra de leur attitude qui, pour le moment, parle en faveur d’une poursuite de l’intervention militaire Russe vers l’ouest. La haine que nous montrent les Pays Baltes, la Pologne et l’Allemagne en particulier, représente un danger pour la Russie, danger qu’il conviendra de neutraliser.

Il est vrai que les « sanctions » qui nous sont imposées par ces pays vont peut-être régler elles-mêmes le problème: L’Allemagne est en train de couler économiquement, les Pays Baltes eux sont déjà dans l’abime et l’ensemble de cette Europe décadente va suivre très rapidement le même chemin. Plusieurs de ces pays viendront alors mendier chez nous, et nous répondrons en nous souvenant de leur attitude actuelle.

Dans tous les cas, et comme je le disais dans un article précédent, OUI nous allons faire couler l’Europe. Simplement car elle le mérite.

Topol et Sarmat ou pétrole et gaz? Oui, nous allons faire tomber l’Europe!

Boris Guennadevitch Karpov