La stratégie du Kremlin pour provoquer l’effondrement de l’Occident

[Avertissement: En général c’est RusReinfo qui reprend certains de mes articles, aujourd’hui c’est moi qui reprend un des leurs. Cet article est signé par Ivan Mikhailovitch Frakov, éditeur de « Rusreinfo », site lu par de nombreux officiels Russes, dont plusieurs au Kremlin. Frakov bénéficie toujours d’excellentes informations non publiques de sources officielles russes. On peut donc imaginer qu’il s’appuie sur des éléments solides pour écrire cet article qui, même si je ne partage pas entièrement son contenu, mérite d’être discuté. Boris Karpov]

Vous vous étonnez que la Russie ne riposte pas vigoureusement aux diverses attaques présentées comme « substantielles » par les occidentaux? Sabotage des pipelines Nord-Stream2, assassinat de Daria Dugina, attaque hier du pont de Crimée?

Vous vous étonnez que la Russie ait d’elle-même stoppé en mars dernier l’offensive de Kiev alors qu’il était évident pour tout le monde qu’elle pouvait prendre la capitale sans problème puisque l’Ukraine n’avait à ce moment aucune aide occidentale?

Vous vous étonnez que la Russie n’utilise pas la totalité de la gamme de ses armes? Plusieurs fois j’ai lu par exemple l’étonnement que les chars Armata ne soient pas au combat.

Vous vous étonnez que la Russie ait appellé 300.000 réservistes alors même qu’elle n’a envoyé en Ukraine qu’environ 15% de ses forces militaires d’engagés?

Vous vous étonnez que la Russie n’ait pas encore liquidé Zelenski? Nous *savons* ou il se trouve quasiment en permanence et il serait facile d’envoyer une dizaine de missiles dans le lieu de sa présence.

Il n’y a pourtant rien d’étonnant à ceci si on se rappelle les interventions de Vladimir Poutine où il explique les raisons de l’opération militaire en Ukraine. La raison est un combat contre non pas l’Ukraine en elle-même, mais contre le système occidental actuel qui, pour assouvir ses objectifs d’hégémonie mondiale, doit détruire la Russie.

L’Ukraine est le terrain où se joue ce combat, rien de plus.

Que se passerait-il aujourd’hui si nos forces avaient pris Kiev en mars? Que se passerait-il aujourd’hui si nous avions déployé toutes nos forces pour prendre la totalité de l’Ukraine? La Russie se serait agrandie, avec de nouvelles frontières. Et rien d’autre n’aurait changé, les pays occidentaux continueraient leur diktat mondial en distribuant menaces et sanctions!

QUI est la victime du sabotage du Nord-Stream2? Les pays d’Europe. La conséquence sera un effondrement économique grandiose dans les mois voire les semaines à venir, et nous l’espérons des révoltes dans ces pays contre les gouvernements en place. Relisez l’article de Boris Guennadevitch Karpov « Oui, nous allons faire tomber l’Europe »

Topol et Sarmat ou pétrole et gaz? Oui, nous allons faire tomber l’Europe!

QUI est la victime économique de la poursuite des combats en Ukraine? Les pays occidentaux qui y envoient des milliards d’euros et de dollars en cash et en armement. Leurs budgets déjà en énormes déficits, plongent dans les abimes. L’inflation à 2 chiffres frappe douloureusement les citoyens qui n’auront même plus de quoi se chauffer, voire de quoi manger. Les entreprises ferment par centaines et le mouvement va s’amplifier dans les mois qui viennent. Le chômage va donc augmenter et tout est réuni pour une situation explosive.

De plus, par leur propre aveu leurs réserves d’armement sont maintenant quasiment épuisées, ce qui est un point important si la guerre devait s’étendre.

QUI est la victime monétaire de la poursuite des combats en Ukraine? L’euro a perdu un tiers de sa valeur. Les pays non soumis à l’Occident sont en train d’abandonner le dollar. Le rouble est maintenant employé dans tous les pays achetant gaz ou pétrole à la Russie.

QUI est la victime politique de la poursuite des combats en Ukraine? Les pays occidentaux qui commencent à se déchirer. Plusieurs pays d’Europe prennent leurs distances avec les autres, préférant à juste titre défendre LEURS intérêts plutôt que ceux des américains à travers l’Ukraine.

Le projet de gouvernance mondiale qui a été lancé à travers la crise du pseudo-virus « covid » se trouve donc en mauvaise posture dans de telles conditions. L’unité mondiale nécessaire à ce projet explose et un nouveau pôle emerge autour de la Russie, bien loin d’être « isolée » comme le prétendent les occidentaux.

Ne pas mettre de point d’arrêt à la guerre c’est donc favoriser un effondrement au moins partiel sinon total des pays occidentaux et mettre en échec le projet de gouvernement mondial.

Dans cette hypothèse, le placement des forces Russes en position de défense s’explique. Les pertes Russes sont minimes alors que dans le même temps l’artillerie cause d’énormes dégats aux forces ennemies. L’OTAN alors organise des opérations visant à sapper la confiance des citoyens Russes dans leur gouvernement. Les bombardements quotidiens du centre ville de Donetsk vont dans ce sens. L’attaque du pont de Crimée est dans cette optique, elle frappe un objectif chargé de symbolique, même si les dégats n’ont provoqué l’interruption du traffic qu’une douzaine d’heures! L’assassinat de Daria Dougina va dans le même sens (elle sera vengée en temps voulu, la Russie répond *toujours* à ce genre de choses). Il est fortement probable qu’il y aura d’autres opérations de ce genre, en Russie même, sans que ça ne change en fait rien à la stratégie du Kremlin dans l’opération militaire. La seule conséquence est la détermination toujours plus forte et le ressentiment général des Russes envers les occidentaux.

Abonnez-vous à ma chaîne Telegram (déjà plus de 12000 abonnés) qui donne des informations en temps réel sur l’évolution de la situation en Russie et Ukraine. Cliquez sur la bannière!

Ceci changera t’il quelque chose à l’effondrement programmé de l’Europe? Bien sûr que non!

Le Kremlin devra seulement décider à partir de quel moment les buts sont atteints: Sera-ce lorsque les français auront pendu Macron? Ou lorsque la Grande Bretagne sera à feu et à sang? Ou lorsque l’Allemagne sera tombée aux mains de la diaspora turque? Ou lorsque tout ceci sera réuni?

Il sera alors temps pour la Russie de terminer la guerre, non pas en négociant mais en imposant ses conditions. Un retour vers Kiev sera facile, les livraisons d’armes occidentales à l’Ukraine ne seront qu’un souvenir. L’Europe ne sera plus dans la partie, empétrée dans ses révolutions intérieures. Les Etats-Unis, sans leur plateforme européenne, seront impuissants. Et tant le Nouvel Ordre Mondial que le projet de gouvernement mondial ne seront plus qu’un cauchemard qui aura été détruit. Grâce à la Russie et à Vladimir Poutine.

 

PS. Une note au sujet des Etats-Unis. Certains pensent que le retour de Donald Trump à la Maison Blanche ou qu’une majorité de « trumpistes » au Parlement changera les choses. Je n’y crois pas. Trump et Biden sont du même moule, et sont dirigés par les mêmes objectis… et les mêmes « forces ». Les « trumpistes » actuellement au parlement votent d’ailleurs toutes les sanctions et envois d’armes contre la Russie! Trump et Biden ont des discours différents, mais la politique internationale suivie restera la même.

Ivan Mikhailovitch Frakov
https://rusreinfo.ru