Moscou ne laissera jamais la Bielorussie devenir une deuxième Ukraine !

Au Belarus Lukashenko bénéficie d’un indéniable soutien populaire, mais de là à ce qu’il soit élu avec 80%, faut pas pousser! Pourtant la question d’un éventuel trucage de la ré-élection de Lukashenko à la présidence du Belarus n’est pas la vraie question. Celle-ci est « Le Belarus souhaite t’il une révolution orange à l’ukrainienne? ».

Le « Maydan » ukrainien, on en connait parfaitement les conséquences directes en Russie où quasiment chaque famille a au moins un parent en Ukraine: Pays exangue en proie à la violence de milices affichant clairement leur idéologie néo-nazie, économie en faillite, salaires impayés, etc etc. Les pays occidentaux qui ont financé et organisé cette révolution à Kiev se sont bien vite désintéressés de l’Ukraine, voyant que leur but initial – utiliser l’Ukraine pour affaiblir voire attaquer la Russie – ne pouvait être atteint.

Aujourd’hui il est évident que ces mêmes pays occidentaux, à l’exclusion toutefois semble t’il des Etats-Unis, a choisi le Belarus pour créer un nouvel angle d’attaque contre la Russie. Et puis ces pays occidentaux n’aiment vraiment pas Lukashenko qu’ils appellent « le dernier dictateur d’Europe ». L’occasion est donc belle, d’une part d’y mettre en place une « démocratie » (!), d’autre part de tirer une balle dans la Russie dont le Belarus est, malgre les jérémiades de son président, un « allie privilégié » sur le plan économique et une place stratégique, zone tampon avec l’Europe.

On applique donc les vieilles recettes en suscitant des vocations de révolutionnaires chez les jeunes belarussiens nourris au MacDo et à Facebook qui, reconnaissons-le quand-même, ont des craintes justifiées quand à l’avenir de leur pays où tout est loin d’être rose. Svetlana Tikhanovskaya, épouse d’un opposant politique en prison se déclare candidate en s’associant à deux autres jeunes femmes, c’est idéal pour les manipulateurs occidentaux: Candidate femme donc, c’est moderne, c’est féministe, ça change d’un ancien directeur de kholkoze! Que celle-ci n’ait aucun programme n’a aucune importance, on vire le dictateur et on verra ensuite, on pourra toujours envoyer les gros bras de Soros et du FMI remettre le pays à flots (!).

On a donc d’un coté l’ancien directeur de kholkoze, usé par des decennies de pouvoir mais ayant tout de même un bilan positif (système de santé, éducation, sécurité en particulier), de l’autre une inconnue sans programme mais soutenue par les pays occidentaux. Comme en Ukraine.

D’ailleurs cette Tikhanovskaya semble être le parfait « idiot utile » des manipulateurs occidentaux puisqu’on apprend ce soir (source privée, information non encore publique à l’heure où j’écris cet article) que les services secrets du belarus (le KGB) l’ont mise sous protection après avoir intercepté des messages parlant de son élimination dans un but évident de provocation! Eh oui, le KGB de Lukashenko protège l’opposante! A Kiev il y eut les snippers qui tiraient dans la foule, à Minsk l’assassinat de la candidate de l’opposition, dans les 2 cas le but est de montrer ensuite du doigt le pouvoir en place, de générer des émeutes pour finalement arriver à la chute du régime sous les applaudissements des démocraties occidentales (!).

Et à Moscou?

Il est bien entendu hors de question pour la Russie de laisser le Belarus devenir une « seconde Ukraine » aux portes de la Fédération. Et soyons clairs, l’intérêt des belarussiens n’est bien évidement pas que leur pays se retrouve dans la situation de l’Ukraine!

A Moscou, on savait il y a déjà quelques temps que cette élection ne serait pas comme les autres. Des informations faisaient état d’interventions discrètes de certaines ambassades (république tchèque par exemple) pour provoquer un mouvement de protestation lors de l’élection. Par ailleurs les états d’âme de Lukashenko au sujet de l’union du Belarus et de la Russie agacent le Kremlin, alors que gaz et pétrole sont vendus au Belarus à des prix défiants toute concurrence et que des « prêts » (des dons?) sont accordés régulièrement. Le Kremlin a t’il décidé de donner un avertissement à Lukashenko en lui envoyant une équipe de mercenaires en sachant qu’ils seraient interceptés? Une manière de dire « On en a marre de vos conneries, après votre ré-élection on passe aux choses sérieuses »?

Ceci pourrait expliquer la reconnaissance immédiate de la victoire de Lukashenko par Moscou, on verra dans les semaines à venir si les négociations sur l’union entre les 2 pays se concrétisent enfin.

Alors bien sûr tout ceci n’est guère démocratique! Mais la « démocratie », on la voit chaque jour en Europe par exemple. On la voit en Ukraine encore plus près de chez nous. Il est regrettable que certains crétins se laissent manipuler et servent de chair à canon aux pays occidentaux, mais si les ukrainiens pouvaient revenir en arrière, il n’y a aucun doute que le « Maydan » n’aurait pas lieu. Agissons donc au Belarus pour éviter une chute totale du pays, avec les conséquences que cela aurait vis a vis de la Russie: Les forces de l’OTAN ne seraient plus en Pologne, mais à Brest, aux frontières directes de la Russie.

Boris Guenadevitch Karpov