Affaire Navalny : en Russie aussi, les globalistes attaquent !

Pourquoi cet article, que beaucoup de lecteurs de RL trouveront “inutile” sur ce site?

Il me semble que ce dossier Russe est en phase avec la situation globale où l’on voit tous les “non soumis au Nouvel Ordre Mondial” être les cibles de tirs groupés de l’ensemble des globalistes. Voyez aux Etats-Unis où une véritable “chasse aux Trumpistes” est déclenchée (des universités demandent même l’annulation des diplômes délivrés aux supporters de Trump!). Voyez en France où même un chef de clinique mondialement réputé se fait traîner dans la boue – et en justice – pour simplement s’être opposé au “système”. C’est la même chose en Russie, à la différence près que, chez moi, ce sont les pays étrangers qui tentent de s’immiscer dans nos affaires internes. Ceci montre une chose : Les globalistes ont déclenché une offensive mondiale, et il convient de les combattre sur tous les fronts qu’ils ouvrent.

Comme prévu, l’agent de la 5e colonne financée par les occidentaux, Alexey Navalny, a été arrêté dès son retour à Moscou.

D’abord un petit rappel : Pourquoi a-t-il été arrêté ? Navalny était en “liberté conditionnelle” avec obligation de se présenter au poste de police deux fois par mois. Or, à six reprises dont 4 AVANT son prétendu empoisonnement, il ne s’y est pas rendu. En France, comme en Russie, ce genre de manquement à cette obligation peut faire “révoquer” le régime de “liberté conditionnelle” et l’envoi en prison. Mais en Russie, contrairement à la France, la Loi est appliquée et donc Navalny a été arrêté et a été présenté à un magistrat aujourd’hui.

De quoi est accusé Navalny ? En plus du non-respect de sa “liberté conditionnelle”, il est sous le coup d’une enquête pour, en gros, “abus de confiance” et “détournement de fonds”. Il faut savoir que Navalny animait le FBK (Fonds anti-corruption) et avait accès à de très importantes sommes d’argent versées, non seulement par des citoyens et entreprises russes, mais aussi et surtout par des associations étrangères où l’on retrouve – une fois encore – Soros, entre autres.

Navalny est accusé d’avoir utilisé ces fonds pour ses activités personnelles, essentiellement ses vacances aux Etats-Unis et en Europe, où il possède d’ailleurs une résidence en France au bord du Lac Leman. Payées comment ? Ceci reste opaque, mais Navalny n’a jamais travaillé ailleurs qu’au FBK, et sa rémunération officielle ne permet en aucun cas ce train de vie. Il est donc probable qu’il sera prochainement inculpé pour cette affaire.

On notera d’ailleurs que, face à cette situation judiciaire disons “difficile”, Navalny a il y a quelques mois dissous le FBK. Comme tout bon voyou déclare sa société en faillite lorsqu’elle sous le coup d’une enquête… Pour en recréer une autre. Ceci ne marche pas toujours en Russie, et Navalny vient d’être d’ailleurs condamné à des dommages et intérêts de 29 millions de roubles (environ 350.000 euros) pour diffamation envers un groupe industriel. A l’origine, la plainte était contre le FBK mais les juges ont finalement condamné son responsable, puisque le FBK a été dissous. L’affaire est en cassation.

Hier soir donc, dès l’arrestation de Navalny, la voyoucratie occidentale a commencé à faire son boulot : hurler pour soutenir un criminel se déclarant “contre Poutine”. Macron, entre autres, en bon défenseur de la “racaille”, a quasiment ordonné à la Russie de libérer Navalny. On imagine sans peine l’influence qu’il peut avoir sur les autorités judiciaires russes… Même chose de la part des autorités européennes. Aux Etats-Unis, Pompeo s’est fendu d’un communiqué “exigeant” la libération de Navalny. Celui-ci ferait peut-être mieux de s’inquiéter de l’arnaque ayant mené un pédophile sénile à la Maison Blanche… Et même le secrétaire général de l’OTAN a appelé à la libération de Navalny. Ou bien il envoie ses chars se faire démolir ? 🙂

Il ne fait aucun doute que ledit pédophile sénile profitera de l’aubaine pour infliger de nouvelles “sanctions” à la Russie. Et qu’il sera suivi par le troupeau de petits roquets européens. Sanctionner sur quoi, on se pose ici la question puisque “tout” a déjà fait l’objet de sanctions. Ils pourront “bloquer les avoirs” à l’étranger des magistrats russes, mais vu qu’ils n’en ont pas…

Ces jappements n’ont, bien entendu, aucun effet sur la politique intérieure russe, et d’ailleurs… Navalny non plus, puisqu’il est crédité de 3 a 4% de votes à une élection présidentielle. En fait, certains peuvent penser que son arrestation est contre-productive puisqu’elle contribuera à en faire une victime. Ceux-ci ne comprennent pas que son arrestation n’a pas été motivée par des motifs politiques, mais est tout simplement l’application de la Loi.

Verdict : le procureur a demandé un emprisonnement “temporaire” de 30 jours, durant lesquels un tribunal devra statuer sur le fond pour la violation des conditions de “liberté conditionnelle”. Navalny est condamné à 30 jours.

On remarquera l’ambiance bon enfant, où l’accusé peut faire des déclarations filmées à l’attention du public des chaines Telegram. Il a d’ailleurs, depuis la salle d’audience, insulté le Président Poutine et appelé à des manifestations dans tout le pays le 23 janvier. Et la vidéo de son appel est en ligne. Je ne suis pas certain que ceci soit possible en France, pays des droits de l’homme…

Boris Karpov

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire