Pas de promotion du lobby homo en Russie, c’est niet !

Vkusville (“La ville du goût”) est une chaîne de produits alimentaires se voulant “naturels” et visant la clientèle “classe moyenne” de Moscou. Ils y sont bien implantés, et une partie de leurs produits peuvent en effet être classés “écologiques”. Rien de particulier jusqu’au jour où, plus exactement jeudi dernier, Vkusville a publié sur son site une publicité mettant en scène une “famille” (?) composée de 4 individus au sexe indéterminé et se prétendant “LGBT”.

Alors qu’en Europe la foule ébahie aurait applaudi devant un tel modernisme, l’affaire en Russie a immédiatement déclenché un énorme scandale. Les canaux Télégram ont été inondés de critiques et d’appels au boycott, des pétitions ont été organisées (une d’entre elles a récolté 57 000 signatures en 4 heures !), réalisation d’affichettes que des volontaires sont allés coller sur les portes des magasins Vkusville, saisie en urgence de la Prokurature pour violation de la loi sur la promotion de l’homosexualité.

Ce qui est remarquable, c’est que la réaction a été immédiate et est venue de particuliers qui, par milliers, ont protesté individuellement. Ensuite c’est un mouvement politique traditionaliste qui a organisé la fronde.

Le résultat a été rapide : dimanche après-midi, Vkusville a publié des excuses publiques sur son site et bien entendu changé la photo de sa publicité.

On ne peut qu’applaudir cette décision, qui ne clôt toutefois pas l’affaire puisque le procureur général de Moscou a annoncé l’ouverture d’une enquête pour violation de la loi, et d’autre part la communauté LGBT (en Russie, on s’en tient à ces 4 lettres, pas de supplément !) s’organise… contre Vkusville, en lui reprochant d’avoir présenté ses excuses ! Le compte Instagram de Vkusville est pris d’assaut par les hordes homosexualistes qui traitent les non gays de tous les noms d’oiseaux, avec le soutien des équipes de modération d’Instagram qui effacent systématiquement les messages des non gays 🙂 . Quand on sait qu’Instagram est une filiale de Facebook, on comprend tout de suite que c’est le même lobby LGBT qui tire les ficelles !

Mais dans un pays interdisant non pas l’homosexualité (chacun est libre !) mais la promotion de l’homosexualité, on se demande bien ce qui est passé dans la tête de la direction de Vkusville. En fait il faut creuser un peu pour découvrir des choses très intéressantes.

Le coup a été monté par Roman Polyakov, responsable du marketing de la boîte, homosexuel notoire “queer” s’affichant sur Instagram bien sûr.

Ceci à l’insu du directeur fondateur de Vkusville, Andrey Krivenko, père de famille chrétien traditionaliste. L’opération a été menée dans le but d’aligner Vkusville avec la bien-pensance européenne puisque la société veut s’implanter en Europe. Des mails ont d’ailleurs été interceptés entre Polyakov et certains leaders du mouvement LGBT hollandais, qui donnent des “conseils” à Polyakov “pour que Vkusville bénéficie d’une image favorable en Europe”!

Eh bien l’image de Vkusville en Europe on s’en fout, mais ici le ménage a été fait : Polyakov et quelques autres cadres ont été fichus à la porte de la société dès ce lundi matin.

Cette histoire pourrait paraître sans importance, mais dans le contexte actuel de résistance de la Russie (et de quelques autres pays dont la Hongrie) contre les offensives des lobbys LGBT, elle montre une fois de plus la détermination des Russes de ne pas laisser ses valeurs disparaître. Nous avons voté il y a quelques mois pour des amendements à la Constitution dont l’un précise noir sur blanc qu’une famille, c’est un homme et une femme, point.

Alors que les peuples d’Europe, dans leur immense majorité, se laissent dominer par d’infimes minorités (car que représente le lobby LGBT en Europe ? 4 % ? 5 % ?), en Russie on ne se laisse pas faire malgré les couinements des instances européennes. Pas non plus de BLM chez nous, pas de “genou à terre” pour on ne sait quelles merdes, pas de “migrants” défilant pour exiger des papiers, etc. etc. Alors pour anticiper les critiques, NON, tout n’est pas idéal ici, mais au moins nous sommes “entre gens NORMAUX” et refusons de nous laisser bouffer par des minorités décadentes.

Boris Guenadevitch Karpov