Il y a 16 ans, massacre musulman à Beslan (Russie)

Le jour de la rentrée scolaire, le 1er septembre 2004 le chef terroriste chechen Shamil Bassayev lance un commando de 30 hommes et 2 femmes à l’assaut d’une école de Beslan, petite ville d’Ossétie (Russie). Environ 1200 personnes dont 777 enfants sont pris en otage et les terroristes exigent « le retrait des troupes russes de Chechnya ».

Durant l’assaut, 1 terroriste et 11 civils sont tués lors de fusillades avec la police locale qui tente de s’interposer.

Les terroristes dont certains portent des ceintures explosives installent pièges et mines dans le gymnase de l’ecole pour éviter toute intervention de la police. Ils interdisent aux otages de manger ou boire. Certains enfants boiront leur urine pour survivre.

Dès le début du siège une soixantaine d’enfants peuvent s’enfuir. Suite à une négotiation avec un responsable politique, 26 otages (15 enfants et 11 femmes) seront relachés par les terroristes.

Le 2 septembre, 21 hommes otages sont exécutés par les terroristes.

Le 3 septembre des explosions se font entendre dans le gymnase, certains pièges installés par les terroristes ont détonnés. Ceci précipite l’assaut des forces spéciales russes alors que les préparations ne sont pas encore achevées. De nombreux parents de Beslan, armés, forcent les barrages de police et tentent également de venir en aide à leurs enfants, ce qui crée une gigantesque confusion.

Les terroristes font exploser leurs ceintures et mines au milieu des enfants. Ils seront tous abattus, sauf un (*), par les forces spéciales russes qui avaient reçu l’ordre de tirer à vue pour tuer afin de limiter le nombre de victimes parmi les otages.

Au total 330 personnes seront tuées parmi les otages et forces de sécurité, dont 186 enfants. 750 blessés.

(*) Nur-Pashi Kulayev, seul terroriste survivant, a tenté de s’échapper en se mêlant aux otages. Il a été identifié et arrêté sur place. En mai 2006 il est condamné à la prison à vie en Russie. Il est dètenu dans la colonie pénitentiaire IK-18 située au-dela du cercle polaire, appellée « La chouette polaire » (Полярная сова), dont il ne sortira pas.

Le 17 septembre Shamil Basshaev, qui a déjà participé et revendiqué de nombreux attentats en Russie, revendique la responsabilité de l’attaque. Il sera liquidé par les troupes spéciales russes en juillet 2006 sur ordre direct du Président Poutine.

Immédiatement après l’attaque terroriste de Beslan une campagne débute en Europe, organisée non pas contre les terroristes chechens, mais contre les forces de sécurité russes, leur assumant la responsabilité du massacre. Vieille habitude des européens de blamer les victimes des terroristes comme étant les coupables. Certaines ONG européennes incitent même les familles des victimes à porter plainte contre la Russie à la Cour de justice de Strasbourg dont les juges montrent depuis 20 ans leur haine de la Russie. Certains donc condamnent l’état russe pour la « responsabilité du massacre de Beslan ».

Aucun n’aura l’idée de dire que si les musulmans chechens n’avaient pas attaqué l’école, aucun massacre n’aurait eu lieu. Aujourd’hui encore c’est d’ailleurs cette « politique » qui prévaut en Europe.

Boris Guenadevitch Karpov
https://boriskarpov.tvs24.ru